Bretagne Ultra Trail :samedi 26 Avril 2014

     

         Samedi nous étions une bonne vingtaine sur cette épreuve, 119km pour les uns, 66km pour les autres et 3 duos.

 

Pour Gégé, Sam et Bruno départ à 5h du matin à Guern.

 

Pour les autres le départ a été donné à 10h de Plouay, le temps était avec nous à cette heure là, mais cela n'allait pas durer.

 

Avec nous notre assistance Séverine, les encouragements et les massages étaient au rendez vous, enfin pas pour tout le monde les massages !!!!!

 

Nicole aussi toujours au rendez vous pour ceux du 119.

 

Les derniers km ont été assez éprouvant pour tout le monde, du vent en rafale, de la grêle, pas facile de tenir debout, pas facile de se réchauffer à l'arrivée.

 

Mais un sentiment de satisfaction pour tous, sauf pour Pascal et Bruno qui se sont arrêtés en cours de route, à cause de crampes et de fatigue.

 

Du côté des duo, christophe S team devance les Kéruzoré et quelques minutes derrière la Team Gabriel.

 

 

 Les résultats sont visibles sur le site yanoo, il faudra juste apporter une correction pour le temps de sylvain, eh oui je ne suis pas "vache", il n'a pas mis 11H57 mais aux alentours de 7h40.

Félicitations à tous pour vos performances et surtout à GéGé pour son podium, 1° V4

Ci dessous le commentaire de Gégé et celui de Sam

 

 les photos de nicole : 

 

                                                        stef

 

Comm de Gégé

 

BRETAGNE ULTRA TRAIL 29

 

- Aux portes de Pontivy, sur la commune de GUERN,au pied d'une Chapelle qui tient plus de la cathédrale et dont le chocher culmine à près de 70m.

Il est 05h00 du matin, 217 traillers écoutent les recommandations du Starter, filles et garçons.

Tout le monde est venu pour courir, certains pour gagner, d' autres pour finir, le temps n' est pas sûr comme disent les indigènes, une tempête est en cours, le pire est à craindre que les chemins et sentiers ne se transforment en fondrières.

- 5h05 , les feux de bengale annoncent le départ. Tandis que les frontales se diluent dans la nuit direction LE POULDU 118 kms plus loin, de l' Arcoat à l' Armor, il faudra arriver avant 01h00 demain matin et éviter bien des embûches dont les fameuses barrières horaires, à BUBRY, PLOUAY, QUIMPERLE et Pont ST MAURICE, c' est un pays à embuscades et il faut un tempérament un peu guerrier pour se lancer dans une telle aventure, au moins faut-il être préparé. Pour ma part je suis venu pour terminer.

  • Sur le long nous sommes trois de SNA Fouesnant, Samuel GRAVE, Bruno LE NAOUR et moi.

  • Je pense aux 17 amis de SNAqui s' élanceront de PLOUAY à 10h00 pour le 63km ( +1,5 km) et à Henri LEHMANN qui sera sur les 100kms de BELVES ce même jour à partir de 08h00,

  • mais place à la course, balisage parfait, chemins et sentiers pour l' instant sans problème, frontale sur 10 km, atteignons les rives de la SARRE ; à 18 km MELRANT, ravitaillement en eau, village de l' an 1000.

  • Sade de BUBRY, 28km , ravitaillement complet, barrière à 9h00 et contrôle couverture de survie

  • INGUINEL (GUERGUER), ravitaillement en eau, 39km, bois d' ORGAN.

  • Direction PLOUAY, atteint à 12h00, ravitaillement complet au complexe sportif, 53km(+2km) ; Sam est reparti voilà 1 heure. Bruno arrive lorsque je repars, il ne doit pas être bien, il craignait pour son genoux et ne s' était pas bien préparé.

  • GUILLIGOMARCH et les Roches du DIABLE : 74,5 km, ravitaillement en eau pour éteindre le feu et sortir de l' enfer.

  • LOCUNOLE et TY NADAN , 84,5 km(+2km), ravitaillement en eau, ''que d' eau que d' eau'', même de la grêle, beaucoup de vent, de la boue labourée et barattée par 500 paires de jambes, un mille-pattes, j'y perds 2 fois ma chaussure, aspirée par des esprits malins et gluants.

  • TREMEVEN ET GLEUZ DU ( point haut), je ne regarde plus ma montre, il pleut, atteint vers 19h, 84,5 km

  • Enfin le pont de la BOSSE, franchissons l' Ellé, QUIMPERLE ( cité lacustre) 20h00 sonnent à l' église, prairie st NICOLAS, passage au ravitaillement à 20h15 ( barrière à 20h30), plus que 21km, un semi. Ce seront les kms les plus difficiles, eau et boue, vent et pluie, 97,5 km.

  • Le pont ST MAURICE, 110km, dernier ravitaillement et barrière à 23h00 , direction lE POULDU par chemin côtier, arrivée à 0h10

  • comme disait le fou qui se donnait des coups de marteau sur la tête «ça fait du bien quand ça s' arrête»

  • pour ma part je suis content d'être content.

  • Bruno '' did not finish'' arrête vers Locunolé, 80km

  • Sam : 36ème, 15h09, BRAVO !

  • Je termine en 19h05 à 00h10. On ne se rappellera que du nom du premier: Vivien LAPORTE,Rennes,11h19. Tous les autres sont des ''FINISHERS''

  • MERCI et BRAVO aux bénévoles et à l' organisation du BUT 29

Gérard DENIS

 

Comm de Sam

 

Bretagne Ultra Trail 2014

Samedi 26/04/2014

 

 

                A une semaine de la course je ne savais pas si j'allais pouvoir prendre le départ puisqu'une douleur persistante à la hanche gauche me donnait plutôt l'air d'un canard voulant se redresser que d'un coureur digne de ce nom ..

                A l'issue d'une sortie plus ou moins boiteuse entre Trevignon et Pont Aven je me décidais donc, profitant d'un repos de précourse, à consulter un jeune Ostéo.

Et là Miracle !

La hanche, semblant être bloquée, était soudain libérée et me laissait donc entrevoir un départ vers le BUT !

 

Vendredi 21h30 je me fais donc déposer, après uen halte pizza à Plouay, par un collègue coureur sur le parking des pompiers de Guern, à un lieu du départ .

 

J'y installe la « 2 seconds », tente prêtée par Didier dit « La gouiffe » un traileur blessé.

Placé juste derrière le camping car ou le Général Gégé s'est endormi il y a quelques minutes Nicole me fait un bref salut et me souhaite bonne nuit .

La tente est dépliée en 2 secondes (elle était facile) la pluie tombe et les bourrasques de vent se mettent à souffler .

 

Résultat : une nuit blanche la veille de la course !

 

Samedi 3h20: Gégé me « réveille » et m'invite à boire le café que je bois volontiers !!

J'avoue que la fatigue pique un peu aux yeux !

GG me confie qu'il a bien dormi et une envie de l'étrangler me prend !! hihi !

 

Bref j'ai passé la nuit à manger du gatosport et à boire de l'eau pétillante et a P....r dans une autre bouteille pour ne pas m'envoler à l'extérieur de la tente sous une averse non stop !

 

Bref je vous passe les détails pour ranger le matos dans le camping car avec l'aide de Gégé et Nicole ,de bien belles personnes, avec de grands coeurs.

 

Nous voici sur la ligne, et sous la pluie, qui commence à tomber au pied de la Cathédrale de Guern.

Après les recommandations d'usage sur le balisage, la propreté et la sécurité, les lucioles s'étirent déjà sur plusieurs centaines de mètre et je me dis déjà que ce sera long , très long , voir trop long pour certains partis comme sur un semi !

 

La première partie, à la frontale permet un réveil des plus doux...

L'arrivée au Village de l'an Mil se fait a 7 h du matin soit une moyenne de 9km/h.(je n'ai pas de GPS et cela ne me manque pas car le book est précis)

Je garderais cette allure volontairement basse jusque Plouay, la course ne fait que commencer à ce niveau là.

 

11h00, je quitte Plouay après un bon et copieux ravitaillement, au chaud .

Je croise des regards de coureurs marqués, a l'abandon, partis surement trop vite.

J'apprends que Mich DEFOORT (Ancien SNA de la TOST 2006 ) est déjà reparti depuis 20 mn ce qui me laisse penser qu'il est en grande forme !

 

La hanche bien échauffée me permet de courir tout le temps mais je m'impose de la marche depuis le début, dans toutes les bosses !

La prudence est de mise les appuis deviennent compliqués car le terrain est maintenant labourés par les coureurs du 67km partis plus tot !

Par endroit les appuis ne permettent plus de courir et les chaussures restent engluées dans les ornières que tout le monde à choisi d'éviter !

Doucement j'applique la méthode Cyrano (20 mn de course et 1 mn de marche , en fonction du relief) et je m'applique a bien m'alimenter ,àa calculer les Kcalories dépensées depuis le début et reprises ...bref une vraie gestion des stocks qui occupe l 'esprit durant ces heures de solitudes où le paysage est parfois le seul compagnon .

 

Nicole ou plutôt « les Nicoles » sont présentent, car sincèrement elle était partout !! A se demander si elles n'étaient pas plusieurs...à nous encourager !

 

Les Roches du diables sont magnifiques !!

Mais quel nom pour un si bel endroit !

Une énorme envie de m'assoir et de regarder l'eau couler m'envahit...que quelques instants le temps d'une gorgée de boisson énergétique .(km 74,5)

 

Arrivé à TY NADAN en même temps que la Goelette des sapeurs pompiers poussant un jeune handicapé. Moment d'émotion sous la pluie battante et cette volonté de ces hommes de fer pour cet enfant malade. Changement de passager dans la Goelette et c'est reparti …..alors que je me prend a ressentir des douleurs dans la hanche et dans la cuisse droite ?

Que neni pas le droit de se plaindre . L'admiration est là et ces enfants handicapés souriants me font mélanger la pluie avec des larmes dans mon bidon de boisson …

 

QUIMPERLE : Km 98. Grosse bouffe !

Je reconnais Laurence G du club qui est accompagné d'un couple assurant son coaching, sa motivation est intacte.

Après un échange bref chacun reprend sa course.

J'apprends que c'est l'hécatombe sur le long et Olivier Nader m'informe qu'il va récupérer Bruno qui est pas top, risquant d'abandonner.

Je me sens bien, de mieux en mieux et ma stratégie de course commence à payer.

Coté alimentation plus rien de solide ne passe et ce sera coca cola jusqu'au bout !

 

Passage à Pont Saint Maurice (110eme km)14 heures 05 de course et je demande aux commissaires le nombre de Km restant . 7 me dit il !

 

Alors là je sens que je peux descendre sous les 15 heures !

 

Je dégoupille alors le cerveau comme on dit et c'est parti pour une chevauchée a 12 km /h sur le plat et toujours de la marche en denivelé.

14h45 de course , après avoir rejoint Daniel qui m'annonce que Agnes fait une super course en tete du groupe SNA, je m'engage sur la plage en suivant « bêtement » un marquage et un coureur …

 

Après 10 mn de course et de crapahutage dans les rochers nous sommes coincés par la mer car la marée monte et nous voici en train d'escalader une grille avec des barbelés ..pour regagner le bon chemin ..

Nous tambourinons , mon compagon d'infortune et moi plusieurs fois a la porte de cette belle demeure surplombant l'océan , une dame agée nous ouvre et daigne nous libérer en ouvrant son portail dans la tempête devenue de plus en plus forte !

 

Après l'avoir remercié nous reprenons le chemin « dans le mauvais sens » pour retomber sur Daniel qui lui ne s'était pas engagé sur la plage...(le lièvre et la tortue vous connaissez ?)

 

Faut dire que les (ou le ) neurones un peu cramés et la visibilité ne jouaient pas à notre faveur..

Bref passage de la ligne après 15h05 et 5 eme V2 alors que le podium était pas loin...mais pas de regret..on fera mieux l'an prochain ..promis !

 

En bref : une magnifique organisation, une première (c'était mon premier trail de plus de 100km !), Un dépaysement complet a quelques km de chez soi, une arrivée super chaleureuse sous le barnum par les amis du SNA !

 

Et un immuable Gégé qui nous fait l'honneur d'une Belle victoire en V4 sans oublier Bruno qui a fait 80 pour cent du chemin sur le long

 

Voilà une belle aventure comme on les aime et que l'on cons eille de vivre pour aller chercher un peu au fond de soi ce qui nous fait apprécier ensuite le quotidien douillet que nous connaissons tous aujourd'hui !

Bravo à toutes et à tous pour ce défi et ce BUT atteint !

Sam

 

 

Ironman d'Afrique du sud

Le Président a fait son marathon du bout du monde en 4h 28min 28s (376ème place). L'entrainement africain a payé !!!!!

Pendant ce temps, à l'autre bout du monde, Laurent faisait un ironman en Afrique du Sud. Et il a réussit à finir ................
 3.9km natation : 1h33

180km vélo : 7h53 (22.83km/h de moyenne !!!!)

42km CAP : 6h08 (il a du prendre des photos !!!)

Pour les specialistes  :  les transitions : 10mn et 22min

 

 

 

Merci au commentateur sportif ;)) à son tour de s'attaquer à la distance ;))
je tiens à sa disposition mon plan d'entraînement sur 3 semaines

semaine 1 Dim, sortie vélo de 4h30
semaine 2 Lun, footing à allure modérée de 20 km
semaine 2 Dim, sortie vélo de 4h
semaine 3, Dim, sortie vélo programmée de 3h arrêtée après 2h en raison d'une chute sur une plaque de gasoil à 40 km/h, pas mal amoché

semaine 5 Ironman

même un artisan surbooké serait capable de suivre mon plan  ;)))

j'ai vécu un très bon moment, étape par étape, parcours vélo vallonné, magnifique de deux boucles de 90.1 km avec retour le long de la côte avec un vent fort de face, qui en a usé plus d'un (70-80 km, au total, à lutter)

marathon très très cool suite à douleur genou gauche consécutive à ma chute de la semaine 3
 
Bonne semaine

PS: compte-rendu plus complet à venir

 

laurent

Les foulées de Rosporden : samedi 19 avril 2014

 

Résultat : 

 

84 YRUN998 ESNAULT, VINCENT SNA FOUESNANT V1 00:43:56.15
121   MILLOUR, Christian SNA FOUESNANT V1 00:46:23.56
175 YRUN13782 BABSKI, EDOUARD SNA FOUESNANT V3 00:52:03.56

Semi Marathon du pays pagam : dimanche 20 avril 2014

      Un petit message pour te donner des nouvelles de nos 2 avions de chasse du SNA qui ont explosé leur record sur le semi-marathon du Pays Pagan (à Brignogan) :


Boris Vidal termine 38ème sur 426 en 1h 25 min 55 sec !
Sandrine Gueguen termine 222ème sur 426 en 1h 44 min 03 sec !

 

                                 guillaume

Marathon de Vienne en Autriche

Bonjour à tous !

 

Retour d’une semaine à Vienne pour le VCM (Vienna City Marathon) dimanche 13 avril.

 

Avec une blessure au mollet lors du dernier entrainement long 2 semaines avant le VCM et donc des km … dans l’eau durant les 10 derniers jours de préparation ce n’était pas gagné d’avance. Un entrainement à la Laurent en quelque sorte ;-)

 

Bel accueil des marathoniens dans la grande salle de réception du Rathaus (Hôtel de ville) la veille de la course : démonstrations et cours de valse, dégustation de spécialités, très sympa.

 

Vienne étant la ville où nombre de musiciens tels Mozart, Mahler, Schubert, Strauss père et fils, etc ont vécu il était logique que le slogan du VCM soit « Everybody waltz ! ».

 

Dimanche 13 avril à 9h, départ du VCM par vagues devant le siège de l’ONU situé sur l’ile du Danube au nord-est du centre : 40 000 coureurs dont 9 000 sur le marathon, 11 000 sur le semi et de 20 000 en relais.

Après l’hymne national et le beau Danube bleu, c’est parti avec pour unique objectif de finir en espérant ne pas me blesser plus gravement.

Direction le Prater, grand espace de verdure de 5 km de long sur 2 km de large, puis nous longeons le Danau Canal avant de revenir sur le ring, grand boulevard entourant le centre, avec passage devant des monuments tous plus beaux les uns que les autres.

Au niveau de l’opéra, le parcours décroche du ring pour longer la Vienne direction Schönbrunn (leur Versailles en quelque sorte).

Retour vers le centre via la Mariahilfer Strasse, grande et longue rue commerçante puis à nouveau le ring avec la Hofburg, immense palais impérial, où ceux qui font le semi s’arrêtent et comme mon mollet tient le coup je continue prudemment à 10km/h de moyenne, pourvu que ça dure !

Passage devant le Parlement, le Rathaus, l’Université, l’institut Français, etc et à nouveau le Danau Canal puis le Prater de bout en bout : très long aller-retour dans ce magnifique parc mais au 34ième km mon mollet blessé se manifeste douloureusement. J’alterne alors course et marche en espérant boucler ainsi.

J’avance au mental et les derniers km défilent ... lentement.

Rassurée d’arriver à nouveau sur le ring car avec 2 km restant à parcourir, même à cloche pied je sais que je vais terminer.

Arrivée sur la Helden Platz, place des héros (sic !), et voilà, c’est fait, Youpi J J J

 

De 10 km/h de moyenne (à la seconde près) jusqu’au 35ième je suis tombée à 9 km/h de moyenne au final mais soulagée d’avoir terminé.

Alors peu importe le modeste chrono de 4h41 car partant blessée j’étais vraiment dans l’inconnu et suis donc satisfaite de ma « balade » Viennoise.

 

Pour info : vainqueur homme Getu Feleke (Ethiopie) en 2h05’41”  et femme Anna Hahner (Allemagne) en 2h28’59.

 

Vienne n’est pas seulement une capitale de la musique mais présente également un grand nombre de … producteurs de vins et de nombreuses petites brasseries. Idéal donc pour se réhydrater après le marathon ;-)

Pour de bonnes bières locales je vous suggère le « 7 Stern Bräu » (entre autres) où on mange également très bien.

 

Côté café Viennois il y en beaucoup à faire d’autant que ces lieux font partie de leur quotidien, toutes générations et milieux confondus, alors je citerais simplement le café Central, touristique mais superbe, le Landtmann, le Schwazenberg, etc. Et pour le top de la pâtisserie, chez Demel, plaisir suprême …

 

Pâques étant plus important que Noël en Autriche, cette période est festive dans tout le pays avec des marchés (de Pâques) où déguster charcuteries, bières, vins et autres spécialités. C’est également l’occasion de se retrouver pour faire la fête.

 

Ainsi, un diner chez des Viennois nous aura donné l’occasion de gouter à quelques-uns de leurs vins et nombreuses charcuteries, excellent là encore !

 

Vivement le prochain marathon !

 

Odile

 

Trail du Manoir de Kernault : dimanche 13 avril 2014

 

   Beau podium, 2° de l'année pour Nelly le week-end dernier (après la Mousterlinoise) au trail long du manoir de Kernault : 2ème chez les filles. Juste devant guillaume et à suivre christophe S.

2h10 pour guillaume

2h13 pour nelly

2h14 pour christophe

 

 

 

 

 

Marathon de Paris : Dimanche 6 Avril 2014

Résultat : 

 

Agnès G: 4h09

Stéphane G : 4h31

 

S'il est encore temps, voici le "ressenti" de mon 1er marathon, peu technique, mais tel que je l'ai vécu !
 
Lorsqu'on s'est retrouvés dans le sas de départ (sas des 4h), je me suis demandée ce que je faisais là... Entourée de milliers de personnes hyper équipées, une douzaine de gels et des boissons chelous à la ceinture, je n'en menais pas large ! Avec mes 4 gels et 4 pâtes de fruit, je me sentais en léger décalage. Le stress a complètement disparu quand le départ a été donné, malgré une chaleur que l'on n'attendait pas (je crois qu'elle en a surpris plus d'un), un départ trés rapide (ça descend) et Stéphane qui était déjà bien devant. A partir de là, je n'ai que de vagues souvenirs : c'était comme dans un rêve, j'avançais sans m'en rendre vraiment compte, je n'ai rien vu du paysage ! Il a fallu une pancarte indiquant que l'on passait devant la Tour Eiffel pour que je la vois ! Au 25ème km, petit coup de mou, les quais de Seine et ses tunnels avec raidillons en pavés à la sortie, le soleil, et cette foule, partout, les gens qui commencent à marcher, voire à s'arrêter, à se sentir mal. Puis ça repart au bout de quelques minutes, heureusement. Je n'ai pas senti le "mur" des 30 km que je redoutais, j'ai mis de la musique dans mes oreilles au 35ème km, et me suis enfermée dans ma bulle (comme dirait Jean) jusqu'à l'arrivée. Aucune douleur, état second ? Pas un arrêt aux ravitaillements, ni d'envie pressante (redoutée aussi !)
Ce qui m'a le plus étonnée : la foule de spectateurs (presque oppressante, mais tellement motivante), et de coureurs dont on ne s'échappe jamais, la super organisation... et moi (la chance du débutant ?) !
Merci à Erwan, qui m'a si bien parlé de cette course que j'ai eu envie de la faire, et à Corinne pour ses précieux conseils. Merci au club pour m'avoir donné la possibilité de connaître ce moment unique.
Et Stéphane dans tout ça ? Jambes fatiguées au 20ème km, il lui en a fallu du courage pour terminer la course ! Respect !
Des chiffres et je vous laisse tranquille : 50 000 inscrits, 45 000 au départ, 7 000 abandons.
 
Agnès

Marathon du Bout du Monde : Dimanche 6 Avril 2014

Résultat : 

 

Jean Michel : 4h28

 

on attend son commentaire