Les Gendarmes et Les Voleurs : dimanche 8 Juin

Commentaires de Jean-Michel et de Guillaume :

 

Bonjour à vous

Je vous joins un petit résumé de notre WE dernier dans le Limousin,à l'initative de Guillaume et je l'en remercie

 

Pour ceux que ça n'intéresse que moyennement,je vais faire bref:

  -32 km ,bien

  -32°,moins bien

  -4h32,moyen

 

Pour les autres je vais développer un peu:

  

Départ Samedi de St E en compagnie d'Odile,Dom,et Guillaume pour Ambazac,près de Limoges.Nous nous rendons directement sur le site des épreuves pour retirer nos dossards.Le site est déjà bien encombré car le Samedi se déroulent des marches (10 et 17),marche nordique et initiation trail.Notre gite se trouve à une dizaine de kms,à Bonnac La Cote,dans la calme vallée de Lavaud.

Dimanche,départ à 7h15,il fait déjà 17°.Nous voulons assister au départ ,derrière les chevaux et gendarmes en bicorne,du 58 km à 8h(environ 600 partants).Le site de départ est exceptionnel,au sein d'un centre équestre et des parcours de cross avec haies(que nous n'aurons pas à franchir...),plan d'eau,et surtout une belle vue d'ensemble des départs.Les épreuves et les arrivées vont se succéder jusqu'à 18h .Notre départ sur le 32 est à 8h30,belle ligne derrière les chevaux aussi,avec 2100 concurrents.Guillaume est motivé,il s'est fixé 3h15,moi 4h.Le départ est rapide pour les premiers,certains partent sans ravito ? Il n'y aura rien de plat dans le profil en long et assez peu dans le profil en travers.La première montée dans les Monts d'Ambazac,vers Les Thermes (moy 7%,dont une partie à 20%) bouchonne quelque peu et petit à petit,tout le monde va trouver sa place dans le peloton qui s'étire.En raison de la grosse chaleur,des points d'eau ont été rajoutés dans chaque village et hameau traversés.L'acceuil est formidable,beaucoup de spectateurs,d'encouragements,une ola pour Guillaume,je crois .Mais il faut quand meme avaler les kms.J'ai commencé à souffrir d'une tendinite extérieur genou droit dans la cote des Barrys,entre le 22 et 23ème km.J'ai pu courir dans la descente et progressivement,mon allure s'est ralentie,plus d'appui et gros bobo.J'ai pris une allure de randonneur pour boucler les 6-7 derniers kilomètres ce qui ne pas permis d'atteindre mon objectif chrono.A 500m de l'arrivée,passage par la montée et les marches de La Chapelle,c'est L'Alpe d'Huez au tour de France.Les spectateurs sont agglutinés dans la cote,avec cloches,sifflets...je n'ai jamais rien vu de tel sur un trail.J'apperçois Dom,Odile,Guillaume déjà arrivé et qui est revenu pour encourager les arrivants.

J'arrive sous un tonnerre d'applaudissements.......mais ce n'est pas pour moi.Je me fais enrhumer par le 1er du 58,parti une demie heure avant nous....qui fini sur une allure de 1500m.Annoncé derriére moi,j'espérais passer la ligne avant son arrivée mais je ne pouvais plus courir,il a été sans pitié (5h02 pou 58 km)

Parcours varié,bois,sentiers,chemins creux,tourbières,.....que nous avons beaucoup apprécié

Résultats:Belle performance de Guillaume 3h12 (294ème au scratch)et moi,4h32 (1509)....Le vainqueur fait 2h05,mais en a moins profité que moi....

 

A 16h,sous la chaleur (34°)Odile et Dom ont pris le départ du 10 km découverte (+ de 700 au départ)derrière les chevaux.Odile blessée au mollet n'a pu finir,et Dom sans aucun entrainement depuis de longs mois à bouclé en 1h20.

 

Résumé:WE génial,grace aussi à la météo,trés belle course populaire,organisation,parcours,fléchage et site départ/Arrivée au top. 

 Jean Michel

 



Un petit compte-rendu du Trail Les Gendarmes et les Voleurs de Temps de la part de Guillaume :

Nous sommes 4 membres du SNA à nous rendre à Ambazac près de Limoges pour ce 
beau week-end de trail. Départ samedi matin à 9 h avec Odile et Dominique 
(inscrites sur le 10 km) et Jean-Michel et moi-même (inscrits sur le 32 km).

Arrivée sur le site à Ambazac à 16 h pour récupérer nos dossards. Il fait une 
chaleur de plomb. Nous avons gagné 10°C par rapport à la Bretagne. Le site de 
départ et d'arrivée est magnifique, il y a beaucoup de monde, de l'ambiance, 
vivement le lendemain !

Nous filons au gîte à 10 km de là. Un beau petit chalet tout en rondins. Seul 
problème : il y fait au moins 30°C à l'étage, ce qui va rendre notre nuit 
pénible.

Réveil à 6 h. Tout le monde est efficace dans sa préparation. Départ à 7h30 pour 
le site de départ où nous assistons au départ du Grand Trail du Limousin : 500 
participants partis pour 58 km sous un beau soleil. Puis nous allons nous placer 
avec Jean-Michel sur la belle ligne de départ, digne d'un cross (150 m de 
large). Nous sommes plus de 2000 inscrits sur cette épreuve. Chaque départ est 
spectaculaire : un hélicoptère de la gendarmerie décolle pour plus tard larguer 
un parachutiste qui vient apporter le pistolet du starter. 2 cavaliers en tenue 
montés sur 2 magnifiques chevaux ouvrent la route les 2 premiers kilomètres. La 
musique de la chevauchée des Walkyries de Wagner retentit et c'est parti pour 32 
km et 1087 m D+ avec une température maximale de 32°C à l'ombre.

Je prends un mauvais départ et me retrouve enfermé en milieu de peloton. Je 
mettrai plus d'un kilomètre à courir à mon allure. Le départ de la course 
ressemble à un cross : nous faisons le tour d'une belle prairie vallonnée 
pendant 2 km, ce qui offre un beau spectacle aux très nombreuses personnes 
massées sur le site. Les 5 premiers kilomètres sont plutôt roulants et je 
remonte de nombreuses places.

Au bout de 5 km, nous repassons sur le site et sommes acclamés par une foule impressionnante (quelle ambiance !). Ensuite, nous attaquons la première difficulté : une côte de 200 m D+ dans une belle forêt de hêtres centenaires. Puis, pendant 10 km, nous aurons une succession de côtes et de descentes, heureusement ombragées car il fait déjà très chaud. Dans chaque village traversé, des dizaines voire des centaines de spectateurs nous acclament avec des klaxons, des cloches, de la musique. En sortant d'un village, des dizaines d'enfants m'applaudissent et scandent mon prénom. J'en ai la chair de poule ! Mes sensations sont excellentes et je progresse à un bon rythme. La plupart des concurrents autour de moi descendent lentement et marchent dès que la pente devient raide, ce qui fait que je continue ma remontée. Au km 20, 2ème grosse bosse avec 200 m D+. Mes jambes deviennent lourdes mais j'essaie de ne pas marcher, sauf dans les murs.
Au km 25, dernière grosse côte.
J'alterne marche et course, et la descente suivante devient douloureuse en raison
de belles ampoules aux pieds. A 5 km de l'arrivée, mon Camel Bag est vide
(j'ai bu plus de 2 litres !).
Tant pis, ça le fera. Au km 30, j'arrive au pied de la dernière difficulté : la montée de la chapelle.
Je connaissais cette montée de réputation mais c'est au-delà ce que j'attendais.
Une montée digne d'un sommet du Tour de France.
Des centaines de sectateurs enthousiastes sont placés de chaque côté de la montée
et nous acclament, font la ola... Je n'ai jamais vu une ambiance pareille,
même en vélo.
Du coup, je ne sens plus la douleur et finis la montée à un bon rythme.
Il ne reste plus qu'une descente de 500 m que je fais à fond, sur mon petit nuage. Je dévale la pente à grandes enjambées, ne sentant plus mes ampoules (comme quoi, c'est dans la tête). Je gagne au moins 10 places dans cette descente et regarde ma montre. Je suis à plus de 18 km/h. N'importe quoi ! Je franchis la ligne en 3h12min (10 km/h de moyenne), 295ème, très heureux. Je retrouve Odile et Dominique et, après une bière bien fraiche et un sandwich, nous remontons à la chapelle pour acclamer Jean-Michel et les autres concurrents (à notre tour de mettre de l'ambiance). Jean-Michel finit en 4h32, heureux mais handicapé les 8 derniers km par un genou douloureux. En fin d'après- midi, c'est au tour de Dominique et Odile de prendre le départ du 10 km sous la fournaise. Odile jettera l'éponge après 2,5 km à cause d'un mollet douloureux, mais Dominique ira courageusement jusqu'au bout. Après tous ces efforts, un petit restau sur Limoges, puis une mauvaise nuit au gîte (quelle chaleur !). Nous repartons le lendemain, heureux de notre week-end. J'ai hâte de revivre de telles émotions, et j'ai annoncé à ma femme Sandrine que j'étais prêt à l'accompagner sur le 32 km l'an prochain ! Avis aux amateurs... Guillaume

 

Triathlon de St Gille La Réunion : Dimanche 8 Juin 2014

Triathlon sprint ou S (750+25+5) ce dimanche

L'hiver est désormais bien installé mais on a pris nottre courage à deux mains pour se jeter dans une eau à 25°...br

 

 2 tringles en natation dont une section en courant favorable, on survolait les coraux à toute vitesse. Les autres sections par contre....... j'ai du m'endormir un moment et je sors dans les derniers de l'eau.

Vélo avec une bosse à 11% au début et puis très roulant. Pas d'arbitre donc çà roulait devant en gros peloton (170 conccurents ensemble, triathlon et duathlon).

CAP sur un chemin en retrait du lagon puis dernier km le long de l'océan indien, sur le sable mou, odile.

C'était bien cool 1h36"46, mais c'est vraiment trop court un sprint...

 

    laurent